Douala : Existe t-il un trafic d’organes humains à l’hôpital de district de Nylon ?

mardi, 07 juillet 2020 09:16 Nicole Ricci Minyem

Les cris de détresse, de colère, les actes de violence des hommes et femmes, filmés Jeudi dernier dans la morgue de cet auspice semblent ne laisser aucun doute sur la question. 

 

Les scènes, telles que décrites dans des vidéos devenues virales sur la toile, se  déroulent dans un premier temps, à l’intérieur d’une salle. Bien qu’elles ne soient pas très claires, l’on peut néanmoins voir les images d’un monsieur couché dans un cercueil dont l’accès est interdit au personnel de la morgue, par des jeunes gens qui les d’avoir prélevé les organes du disparu.

Les appels au calme et à plus de tempérance ne produisent pas l’effet escompté ; au contraire, certains de ces jeunes tancent les travailleurs de la morgue de tous les noms et exigent que leur soit restitué les parties manquantes sur la dépouille sans quoi, ils vont abandonner le corps.

Une situation qui créée un tollé général et, la présence des forces de maintien de l’ordre ne semble émouvoir personne, au contraire, cela suscite plus de tension.       

Bon gré, malgré, le cercueil est remis à la famille qui reste campée sur ses positions. Elle va même jusqu’à déshabiller le défunt afin de montrer aux curieux « la profanation du corps » de leur parent. Un corps nu, retourné sur le ventre, alors que les accusations se font plus persistantes et l’on entend parler du prélèvement des parties intimes du défunt.

Un moment de colère qui fait oublier la considération due à une personne qui s’en est définitivement allée

Engagés dans leur envie d’en découdre avec « ces trafiquants d’organes humains qui n’éprouvent aucune honte », les membres de la famille de la personne disparue ont choisi d’exposer au regard du tout venant, la dépouille de celui qu’ils sont pourtant venus pleurer. Ce qui a semble le plus les intéresser, ce sont les casses, causer un scandale avec la prise des photos et vidéos qu’ils se sont empressés de partager sur les réseaux sociaux, enlevant toute dignité au défunt.

Le démenti

Dans un communiqué publié le 04 Juillet dernier, Mme Engome Joëlle, chef de la cellule de communication de l’hôpital de district de Nylon a estimé que « Les accusations circulant sur les réseaux sociaux par rapport à une organisation de trafic d’organes humains ne sont que de simples allégations…

Elle continue en affirmant que : « Le mouvement de foule partant de la morgue Jeudi le 03 Juillet est déclenché par des personnes assistant à une levée de corps et qui prétendent que le corps du défunt aurait subi des mutilations…L’examen dudit corps, effectué en présence de l’équipe de la direction de l’hôpital, des responsables de la famille concernée ainsi que des forces de l’ordre a permis de constater séance tenante, l’absence de toute anomalie suspecte ».  

La responsable de la communication parle également d’une lettre d’excuses qui aurait été rédigée par les membres de la famille du disparu avant que le corps ne leur soit remis afin que ce dernier reçoive un enterrement digne.

 

Nicole Ricci Minyem 

 

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 21 juillet 2020 08:08
Produits pétroliers : Le Cameroun lance un appel d’offres international de 465 000 tonnes

Le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba vient de lancer un avis d’appel d’offres pour…


Innocent D.H. Publié le vendredi, 17 juillet 2020 15:52
Transport aérien : Le Président Paul Biya ordonne la privatisation de la Camair-Co

C’est la quintessence d’une correspondance adressée le 14 juillet dernier au Premier ministre, Chef du Gouvernement par le Secrétaire général…


Santé

Liliane N. Publié le jeudi, 09 juillet 2020 14:44
Le camerounais Arthur Zang invente un système intelligent de production d’oxygène médical

La nouvelle invention d’Arthur Zang qu’il a baptisée Oxynnet peut bien servir en cette période crise sanitaire. Arthur Zang vient…


N.R.M Publié le mercredi, 24 juin 2020 11:25
Lupus Érythémateux Systémique : « Ces malades qui meurent »

C’est à travers une lettre ouverte que Ghislaine Mangoua Kamcheu, présidente de l’association « J’ai un Lupus », maladie auto-immune,…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.