18/05
Emprunt obligataire 2022 : Le Cameroun disposé à mobiliser plus que les 200 milliards de…
18/05
Exportations vers la RCA : Le Cameroun clarifie sa décision de renforcer les contrôles
18/05
Fête de l'Unité: l'usage du téléphone interdit durant le défilé
17/05
Expropriation des terres à Bali: les chefs duala en colère écrivent aux autorités
17/05
Opération de déguerpissement: Me Christian Ntimbane Bomo condamne ce qui se passe à Douala
17/05
Région de l'Extrême-Nord : Plus de 100 nouveaux déplacés internes enregistrés à Mokolo selon l'ONU
17/05
Humanitaire : Yannick Noah s’engage dans la lutte contre le paludisme
16/05
Owona Nguini trouve incroyable l’analyse de Dieudonné Essomba sur la crise anglophone
16/05
Le président de la Conférence épiscopale du Cameroun Mgr Andrew Nkea demande la libération de…
16/05
Journée Internationale de la Paix et du Vivre Ensemble: Unis dans la différence et dans…
16/05
Migration vers les farines locales: Les femmes de Yaoundé 5 se forment
16/05
Ni Courtisan Ni Flagorneur: Le pouvoir du Verbe et de la Verve
15/05
Crise anglophone: deux redoutables factions d’Ambazoniens annoncent le blocage de l’axe Mamfe-Ekok
15/05
Célestin Bedzigui : «les députés de l'opposition à l'Assemblée nationale sont-ils au niveau?»
14/05
Court séjour privé: le président de la République a quitté Yaoundé
14/05
Eliminatoires CAN 2023: voici la liste des Lions indomptables présélectionnés pour les matchs contre le…
14/05
Crash de l'aéronef de Cotco: aucun survivant n'a été retrouvé
14/05
Crise anglophone: les femmes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest demandent la libération de…
13/05
Coronavirus : La vaccination protège-t-elle du Covid long ?
13/05
La rareté de la petite monnaie plombe l'économie Camerounaise
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Politique
  • Lutte contre le tribalisme au Cameroun: voici ce que les hommes politiques proposent

Lutte contre le tribalisme au Cameroun: voici ce que les hommes politiques proposent

jeudi, 28 février 2019 13:19 Liliane N.

Certains acteurs politiques pensent qu’il est important de procéder à une révision des programmes scolaires pour réintroduire la notion du vivre ensemble.

Le problème du tribalisme touche aujourd’hui toutes les couches, toutes les classes même le corps des intellectuels n’est pas épargné. La question du tribalisme a pris une vitesse de croisière lors de la dernière élection présidentielle. Elle a même fait apparaître de nouveaux mots dans le parler des camerounais. «Sadinards» sont appelés ceux qui militent au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). «Tontinards» sont appelés ceux qui sont dans le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). On en est même arrivé jusqu’au niveau de mettre en place une «brigade anti-sadinard». Des artistes ayant presté lors d’un concert organisé par le Rdpc ont été interdits de prestation par une certaine diaspora camerounaise. C’est dire que la question tribale a pris ces derniers mois au Cameroun des proportions qui inquiètent des observateurs. Sensibles à cela, les hommes politiques apportent des propositions pour remédier à la situation.

Jean Marie Abouna le membre du Comité central du Rdpc approché par le quotidien gouvernemental Cameroon tribune pour dire un mot sur le sujet, pense qu’il faut revoir les programmes scolaires. «Nous devons faire un consensus national autour de ce sujet qui nous interpelle tous, quel que soit notre position dans la société. Je note avec une certaine amertume la montée des actes de tribalisme dans notre beau pays, perpétrés par certains compatriotes qui, pour des raisons obscures, prônent et tiennent des discours haineux en faisant l’apologie du tribalisme.

Il serait important d’abord pour les pouvoirs publics de ne pas laisser internet fonctionner chez nous comme une zone de non droit…Il faudrait également sur le plan pédagogique, réintroduire dans les programmes scolaires, les cours de vivre ensemble dans notre diversité culturelle pour plus d’égalité, de tolérance et d’acceptation, en assumant chacun sa tribalité pour une éducation plus fraternelle», ajoute-t-il.

Franck Essi le Secrétaire général du Cameroon people’s party pense qu’il faut sensibiliser les proches. «Il nous appartient de mettre un terme à ces discours qui pourraient détruire notre pays et provoquer des crises encore plus graves que celles auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui. Nous proposons quelques pistes de solution. Ne pas employer et encore moins diffuser des discours de haine. Débattre sur des idées et des opinions, l’appartenance ethnique n’étant jamais un argument politique valable. Adopter la non-violence comme mode d’expression et d’action. Eduquer et informer ceux qui nous entourent», ajoute-t-il.

Liliane N.

Leave a comment

Du haut de 85 ans, le Chef de l’Etat a reçu debout, pendant plus de deux heures, les vœux du corps diplomatique…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031