18/05
Emprunt obligataire 2022 : Le Cameroun disposé à mobiliser plus que les 200 milliards de…
18/05
Exportations vers la RCA : Le Cameroun clarifie sa décision de renforcer les contrôles
18/05
Fête de l'Unité: l'usage du téléphone interdit durant le défilé
17/05
Expropriation des terres à Bali: les chefs duala en colère écrivent aux autorités
17/05
Opération de déguerpissement: Me Christian Ntimbane Bomo condamne ce qui se passe à Douala
17/05
Région de l'Extrême-Nord : Plus de 100 nouveaux déplacés internes enregistrés à Mokolo selon l'ONU
17/05
Humanitaire : Yannick Noah s’engage dans la lutte contre le paludisme
16/05
Owona Nguini trouve incroyable l’analyse de Dieudonné Essomba sur la crise anglophone
16/05
Le président de la Conférence épiscopale du Cameroun Mgr Andrew Nkea demande la libération de…
16/05
Journée Internationale de la Paix et du Vivre Ensemble: Unis dans la différence et dans…
16/05
Migration vers les farines locales: Les femmes de Yaoundé 5 se forment
16/05
Ni Courtisan Ni Flagorneur: Le pouvoir du Verbe et de la Verve
15/05
Crise anglophone: deux redoutables factions d’Ambazoniens annoncent le blocage de l’axe Mamfe-Ekok
15/05
Célestin Bedzigui : «les députés de l'opposition à l'Assemblée nationale sont-ils au niveau?»
14/05
Court séjour privé: le président de la République a quitté Yaoundé
14/05
Eliminatoires CAN 2023: voici la liste des Lions indomptables présélectionnés pour les matchs contre le…
14/05
Crash de l'aéronef de Cotco: aucun survivant n'a été retrouvé
14/05
Crise anglophone: les femmes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest demandent la libération de…
13/05
Coronavirus : La vaccination protège-t-elle du Covid long ?
13/05
La rareté de la petite monnaie plombe l'économie Camerounaise
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Politique
  • Le Conseil norvégien pour les réfugiés appelle le Cameroun à ouvrir ses frontières aux réfugiés nigérians

Le Conseil norvégien pour les réfugiés appelle le Cameroun à ouvrir ses frontières aux réfugiés nigérians

jeudi, 31 janvier 2019 08:29 Mfoungo

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a appelé mercredi le Cameroun a «garder ses frontières ouvertes» pour accueillir le récent afflux de civils nigérians ayant fui leurs foyers par peur des attaques du groupe djihadiste Boko.

En 48 heures, environ 30.000 personnes ont fui Rann, dans le nord-est du Nigeria, pour échapper aux insurgés qui ont pris lundi le contrôle de la ville sans rencontrer de résistance, après le départ des soldats camerounais et nigérians qui la protégeaient, selon des sources civiles et humanitaires contactées par l'AFP. Aucune explication officielle n'a été donnée à ce retrait.

Le NRC s'est dit «alarmé par ce déplacement massif» de population ayant rejoint le Cameroun voisin, lui-même confronté aux attaques du groupe djihadiste, moins d'une semaine après que 9000 personnes eurent déjà fui une attaque contre Rann. Cette première vague avait été aussitôt refoulée par les autorités camerounaises malgré le danger auxquels les civils nigérians étaient exposés en retournant dans leur pays.

« Nous appelons le Cameroun à garder ses frontières ouvertes. Il est crucial que les autorités nigérianes et camerounaises offrent leur assistance aux personnes fuyant les violences, conformément aux réglements internationaux et à l'accord tripartite signé entre les deux pays et le HCR (Haut-commissariat aux réfugiés) », a déclaré le directeur du NRC pour le Nigeria, Eric Batonon. « Les femmes, les hommes et les enfants qui fuient ne sont pas des opportunistes, ce sont des civils qui fuient pour sauver leur vie », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Quelque 30.000 personnes ont fui la ville de Rann, dans le nord-est du Nigeria, en l'espace de 48 heures, pour échapper aux djihadistes du groupe Boko Haram.

« Toute la population semble paniquée et a pris la fuite pour tenter d'échapper à la mort », a déclaré le porte-parole du HCR, Babar Baloch, lors d'un point de presse à Genève. La ville de Rann est située à la frontière avec le Cameroun, qui lutte également contre le groupe djihadiste dans l'extrême nord de son territoire.

La panique a été déclenchée par le retrait dimanche des troupes camerounaises qui y avaient été déployées après l'attaque du 14 janvier, qui avait fait 14 morts. Boko Haram avait mis à sac une base de l'armée et mis le feu à la ville où sont repliés plus de 35.000 déplacés.

Boko Haram attaque régulièrement les bases militaires dans l'État de Borno (nord-est) depuis le mois de juillet, faisant des dizaines voire des centaines de morts. L'insurrection jihadiste, qui a débuté dans le nord-est du Nigeria en 2009, a fait au moins 27.000 morts et provoqué une grave crise humanitaire avec 1,8 million de déplacés.

Depuis le mois de novembre, plus de 100.000 personnes ont été obligées de fuir leurs maisons dans le nord-est, selon le NRC.

L'ONU a lancé mardi à Abuja un appel à financement de 848 millions de dollars (741 millions d'euros) pour des projets humanitaires dans nord-est, et de 135 millions de dollars supplémentaires pour aider les 228.500 Nigérians réfugiés au Cameroun, au Tchad et au Niger voisins.

Otric N.

Leave a comment

Il est désormais question d’après le ministère en charge de la Planification d’élaborer des plans d’actions opérationnels adossés à chaque secteur. La…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031