20/05
Fête de l'unité: le Chef de l'État préside la grande parade au Boulevard du 20…
19/05
Jean Michel Nintcheu: Joshua Osih «est un sous-traitant corrompu du RDPC au sein du SDF»
19/05
Fête de l’unité: le SDF Centre veut boycotter le défilé
18/05
Cameroun : Le Gouvernement en discussion avec les entreprises en vue de l'augmentation du Smig
18/05
Recettes des péages routiers : Le Cameroun mobilise 2,1 milliards de FCFA de recettes au…
18/05
Emprunt obligataire 2022 : Le Cameroun disposé à mobiliser plus que les 200 milliards de…
18/05
Exportations vers la RCA : Le Cameroun clarifie sa décision de renforcer les contrôles
18/05
Fête de l'Unité: l'usage du téléphone interdit durant le défilé
17/05
Expropriation des terres à Bali: les chefs duala en colère écrivent aux autorités
17/05
Opération de déguerpissement: Me Christian Ntimbane Bomo condamne ce qui se passe à Douala
17/05
Région de l'Extrême-Nord : Plus de 100 nouveaux déplacés internes enregistrés à Mokolo selon l'ONU
17/05
Humanitaire : Yannick Noah s’engage dans la lutte contre le paludisme
16/05
Owona Nguini trouve incroyable l’analyse de Dieudonné Essomba sur la crise anglophone
16/05
Le président de la Conférence épiscopale du Cameroun Mgr Andrew Nkea demande la libération de…
16/05
Journée Internationale de la Paix et du Vivre Ensemble: Unis dans la différence et dans…
16/05
Migration vers les farines locales: Les femmes de Yaoundé 5 se forment
16/05
Ni Courtisan Ni Flagorneur: Le pouvoir du Verbe et de la Verve
15/05
Crise anglophone: deux redoutables factions d’Ambazoniens annoncent le blocage de l’axe Mamfe-Ekok
15/05
Célestin Bedzigui : «les députés de l'opposition à l'Assemblée nationale sont-ils au niveau?»
14/05
Court séjour privé: le président de la République a quitté Yaoundé
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Politique
  • Huit chefs d'accusation retenus contre l'opposant Maurice Kamto

Huit chefs d'accusation retenus contre l'opposant Maurice Kamto

vendredi, 01 février 2019 11:25 Otric N.

Le principal opposant camerounais, Maurice Kamto, arrêté lundi soir après des manifestations non autorisées de son parti, va faire l'objet d'une enquête notamment pour «rébellion» et «incitation à l'insurrection», ont indiqué ses avocats lors d’une conférence de presse dans la nuit de mercredi à jeudi.

Au total, huit infractions sont imputées à M. Kamto, arrivé deuxième à la présidentielle d'octobre derrière le président Paul Biya: «l'attroupement, la rébellion en groupe, l'hostilité à la patrie, insurrection, le trouble à l'ordre public, l'association de malfaiteurs, l'incitation à l'insurrection, la complicité», a déclaré l'un de ses quinze avocats, Me Sylvain Souop.

«Ces huit infractions sont reprochées à toutes les autres personnes qui font l'objet d'enquêtes préliminaires», soit «200 interpellés», a précisé Me Souop. «Il y a une qualification des faits avant même que les gens aient été entendus», a-t-il dénoncé.

L'avocat a indiqué avoir rencontré mercredi après-midi Maurice Kamto, détenu au Groupement spécial d'opérations (GSO), une unité d'élite de la police. «Il va bien, il a le moral, il est serein et il a été entendu (mercredi après-midi) en présence du directeur général de la Police judiciaire», a déclaré Me Souop.

Lors du point de presse, le parti de Maurice Kamto, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), a démenti avoir organisé samedi des manifestations à l'étranger durant lesquelles plusieurs ambassades en Europe ont été saccagées par des manifestants. «Kamto dénonce ce vandalisme des représentations diplomatiques, il n'a jamais envoyé qui que ce soit casser quoi que ce soit», a affirmé Me Souop. M. Kamto, ancien ministre de la Justice de Paul Biya, «fait confiance à la justice du Cameroun», a conclu son avocat.

Maurice Kamto et plusieurs cadres de son parti avaient été arrêtés lundi soir à Douala et Yaoundé, deux jours après qu'une centaine de militants du parti, selon les autorités, eurent été interpellés samedi lors de marches non autorisées. Deux journalistes camerounais ont aussi été interpellés lundi soir, après avoir été «confondus avec des activistes politiques dans l'exercice de leurs fonctions», selon le syndicat des journalistes camerounais. Ils étaient toujours détenus jeudi.

Depuis l'annonce des résultats de la présidentielle, fin octobre, plusieurs manifestations non-autorisées ont été organisées par le MRC contre ce qu'il qualifie de «hold-up électoral».

«Nous avons le droit de dire «non» pour la jeunesse camerounaise, pour nos enfants. C’est pourquoi nous sommes debout. Nous aurions pu rester tranquilles, être avec eux. Mais nous n’avons pas le droit de priver la jeunesse camerounaise d’un avenir. Nous sommes là, nous serons à côté de vous jusqu’au bout», a déclaré Maurice Kamto lors d’une marche à Douala le 26 janvier 2019.

«J’ai décidé de me sacrifier pour mes enfants. Nous allons nous battre jusqu’à vous laisser un pays en bon ordre. Ces gens-là ne dormiront plus tranquilles parce que nous allons leur imposer. Tous les meurtres qu’ils commettent, tous les pillages qu’ils commettent…  Non ! Non au hold-up ! Si je meurs aujourd’hui, ne vous contentez pas de m’enterrer et mettre des gerbes de fleurs. Il faudra  continuer la lutte jusqu’au bout», a-t-il poursuivi.

Selon les résultats du Conseil constitutionnel, l'ex-candidat du MRC est arrivé deuxième (14,23% des suffrages) derrière Paul Biya, réélu pour un septième mandat consécutif avec 71,2% des voix.

Leave a comment

L'appel a été lancé lors de la 37ème session du Collège pour la surveillance multilatérale, tenue à Douala, le 30 août 2019.…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031