21/10
Lutte contre l’insécurité alimentaire : Le Japon octroie plus d’un milliard FCFA supplémentaire au Cameroun
21/10
Matériaux de construction : Le sous-préfet de Douala 1er interdit une manifestation contre la hausse…
21/10
« Truth Social », lancé par Donald Trump, sera-t-il un vrai réseau social ou un…
21/10
Guerre dans le Nord et le Sud Ouest: Le Mouvement Réformateur prépare un manifeste
21/10
Rencontres fraternelles du Sud: De nouvelles perspectives à l’horizon
21/10
Dieudonné Essomba: «la vérité scientifique est que le Cameroun ne peut pas maintenir de force…
21/10
Football: le Cameroun classé 54e au rang mondial
21/10
Ferdinand Ngoh Ngoh a rendu visite à la famille de la jeune écolière Cara Louise…
20/10
Cameroun-Couverture santé universelle : Le lancement de la phase test annoncé au 1er semestre 2022
20/10
L'honorable Cabral Libii : « Cette CAN de 2022, finira par étouffer tous ces scandales…
20/10
EDF Pulse Africa 2021 : La start-up camerounaise Energy Clever se qualifie pour la finale…
20/10
Titres publics de la Beac : Le Cameroun tente de lever 20 milliards de FCFA…
20/10
Japan donates over FCFA 1B to WFP to support thousands of vulnerable persons in Cameroon
20/10
Vaccination : Où en est-on des injections de 3e dose contre le Covid-19 ?
20/10
CAN féminine 2022: Les Lionnes indomptables gagnent le match contre la Rca grâce à Nchout…
20/10
Coronavirus en Russie : Vladimir Poutine décrète une semaine chômée pour freiner l’épidémie
20/10
Vaccination obligatoire contre le Covid-19: les enseignants disent non et menacent d’entrer en grève
20/10
Interaction entre les acteurs impliqués dans la gestion des crises humanitaires en Afrique : complémentarité…
20/10
Commune d’Akonolinga: Une buse usée cause d’énormes désagréments aux populations
20/10
Les Unes des journaux du 20 octobre 2021

Economie : 84,3% des entreprises disparues, issues du secteur tertiaire

mardi, 26 novembre 2019 07:54 Marie MGUE

D’après une étude réalisée par L’INS, l’essentiel des entreprises qui ont cessé  leurs activités entre 2009 et 2016, sont issues du secteur tertiaire, qui représentent 84,3% contre 11,9 % pour les entreprises du secteur secondaire et seulement 0,6 % du secteur primaire.

 

Les opérateurs économiques qui exercent  dans le secteur tertiaire local, ont été nombreux à  abandonner leurs activités entre 2009 et 2016. C’est du moins ce qui ressort d’une  enquête réalisée par l’Institut National de la Statistique (INS) sur la mortalité des entreprises entre 2009 et 2016 au Cameroun. D’après cette étude, il ressort que l’essentiel des entreprises disparues au cours de cette période,  sont issues du secteur tertiaire. Elles représentent 84,3% contre 11,9 % pour les entreprises du secteur secondaire et seulement 0,6 % du secteur primaire.

Selon la taille de l’entreprise, il en ressort que les entreprises ayant cessé leur activité sont dans leur quasi-totalité des Petites et Moyennes Entreprises (PME). En effet, elles représentent 99,6% des unités en cessation d’activité contre 0,4% pour les grandes entreprises. Au sein des PME, les très petites entreprises sont les plus nombreuses à cesser leurs activités, suivies des petites entreprises. Elles représentent respectivement environ 55,3% et 32,0 % des PME cessées.

Il  apparaît  dans cette étude, que sur les 6 458 entreprises de départ, 2 316 ont cessé leur activité pendant la période intercensitaire, la quasi-totalité (environ 95 %) ayant arrêté l’activité avant 2014. Ce qui permet de situer le taux global de cessation d’activités à près de 36 % sur la période sous revue.  Selon l’INS, Trois déterminants fondamentaux de la mortalité des entreprises se dégagent à l’issue de cette investigation.

Par ordre d’importance, on relève : la  taille de l’entreprise qui  semble être la variable qui influence le plus la mortalité, le diplôme du dirigeant et la forme juridique de l’entreprise. En effet, par comparaison avec les Grandes Entreprises (GE), une Moyenne Entreprise (ME) a près de 20 % de risque en plus de cesser ses activités. Ce risque supplémentaire est de 31 % pour une Petite Entreprise (PE) et 39% pour une Très Petite Entreprise (TPE). Cette étude  indique  que relativement à une entreprise dont le dirigeant est titulaire d’un Master (ou DEA), celles dirigées par un promoteur possédant un BTS ou une Licence ont 7 % de risques supplémentaires de cesser leurs activités. Et pour celles dont le dirigeant a le niveau BAC, ce risque supplémentaire de cessation est de 12 %.  

Cette étude a été menée, explique l’Ins, à la suite du Deuxième Recensement Général des Entreprises (RGE-2) réalisé en 2016, après la première opération du genre réalisée en 2009. La production des indicateurs de la démographie des entreprises concourt à l’atteinte des objectifs de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS).

 

Marie MGUE 

 

Leave a comment

Au 31 décembre 2019, le taux de croissance du Produit intérieur brut(PIB) pour ce qui est de la zone Cemac oscille finalement…

Agenda

«October 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031